0 Partages

Christian Bertrand/Shutterstock.com

Vivant une 2nde partie de saison compliquée avec le Bayern Munich, Dayot Upamecano, sera très attendu lors de l’Euro 2024. Dans un entretien accordé auprès de L’Equipe, le défenseur, s’est livré sur son avenir.

Sur ses débuts en Autriche

« À Salzbourg, forcément. Je débarque, je viens d’Évreux, j’ai passé deux ans à Valenciennes, je ne comprends rien du tout (sourire). J’étais le seul Français dans le vestiaire, il y avait Naby Keïta (milieu guinéen passé ensuite par Leipzig et Liverpool), qui m’a beaucoup aidé. Je me souviens d’une scène dans les premiers jours. Je jette un papier dans une poubelle et je me suis trompé, ce n’était pas la poubelle pour les plastiques. Un ancien arrive et me dit :  »C’est là ! ». Mais moi je ne comprenais rien. Je me suis dit :  »Ah ouais, c’est ça la discipline ». »

S’il a regretté de partir très tôt de France

« Jamais. Ça m’a tellement fait grandir. Quand je pars en Autriche à 16 ans, les gens me disent :  »Mais qu’est-ce que tu vas faire là-bas ? ». En 2015, personne ne connaissait. Aujourd’hui, je vois plein de Français aller à Salzbourg, à Leipzig, ça me fait plaisir. J’étais le premier à prendre ce chemin. C’était un risque. Et ça a ouvert beaucoup de portes. Ça m’a transformé. J’ai cru en moi. Je suis content de mon parcours, j’ai zéro regret »

Sur l’Allemagne

« Ils ont de l’expérience, de la jeunesse, un peu comme nous. Le fait que Kroos revienne, ça leur a vraiment fait du bien. Au milieu, il y a plus de contrôle. Il a ramené de la maîtrise et de la liberté pour les joueurs devant. Ils font partie des favoris. Musiala, c’est un magicien. Pour défendre sur lui, il faut vraiment dormir tôt (rires). Tu ne peux rien anticiper avec lui, il danse avec le ballon. Il a une telle facilité à se retourner et tellement vite. Parfois, je fais exprès, je lui mets des ballons appuyés, et en une touche il arrive à se retourner. Il m’impressionne. À l’entraînement, j’essaie de lui mettre des gros tampons pour qu’il aille de l’autre côté (rires). »

Sur son statut depuis l’Euro

« Ce n’est pas une question que je me pose. Je ne vais pas me poser en me disant :  »Qu’est-ce qu’ils pensent de moi ? ». Je me focalise sur moi, sur le fait d’être performant et de gagner des matches. »

Sur son avenir

« En début de saison, ça s’est bien passé. En seconde partie, c’était plus compliqué, avec mes deux expulsions (en février, contre la Lazio en Ligue des champions puis Bochum en Championnat). Après, je n’ai plus joué du tout. C’était une situation complexe, mais je n’ai jamais lâché, abandonné. J’ai continué à travailler pour être à nouveau appelé en équipe de France. Mon avenir ? On verra, on verra. C’est l’un des plus grands clubs d’Europe. Je n’ai pas encore discuté avec mes dirigeants, je suis totalement focalisé sur l’Euro. Après, on aura une discussion. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *